Tricycles (nous consulter )

mont trikesUn tricycle couché est une variante du vélo couché à trois roues. Il est conçu de telle façon que le conducteur pédale en position couché sur le dos, les jambes à l’horizontale. Le pédalier est situé à l’avant du tricycle, et la selle est remplacée par un siège où le dos est appuyé. Le guidon se trouve soit au-dessus des genoux, soit sous les fesses.

On trouve deux architectures différentes :

  • tadpole : avec 2 roues à l’avant ;
  • delta : avec 2 roues à l’arrière.

Certains tricycles peuvent s’incliner en virage.

Carrossés, ils servent de base aux vélomobiles.

Des tricycles couchés entrainés par pédalage manuel sont utilisés en cyclisme handisport ; on parle de handcycle ou de vélocimane.

Avantages

Confort

  • Confort au niveau du dos et des fesses. Le confort est royal avec des gros pneus et une suspension.
  • Comme le vélo couché 2 roues, la meilleure position aérodynamique du tricycle couché refroidit moins. Une couche d’habits de moins donc.
  • Position aérodynamique (valable au-dessus de 15 km/h) ou face au vent bien sûr.
  • Adapté pour les handicaps aux bras ou qui mettent en jeu l’équilibre. Possibilité de piloter à une main entre autres.
  • En randonnée, vous pouvez lire la carte d’une main ou changer le morceau de votre MP3 ou encore sortir votre appareil photo  et prendre une photo même sans vous arrêter !

Sécurité

  • Sécurité passive : Les chutes sont sur le côté en glissades. Elles entraînent moins de lésions. Les roues avant protègent les genoux des chocs latéraux. En choc frontal ce n’est pas la tête qui prend en premier.
  • Vision panoramique (on n’a pas la tête dans le guidon mais plutôt dans les nuages).
  • Freinage sur les roues avant très efficace et sûr si le trike est doté d’un freinage sans incidence sur la trajectoire (no brake-steer).
  • Capacité de chargement et stabilité de l’ensemble à l’arrêt.
  • Virage en pédalant sans risque de toucher le sol avec la pédale.
  • Possibilité de pédaler à très basse vitesse sans risque de déséquilibre.
  • Arrêt et redémarrage sans besoin de d’éclipser les pédales à cales automatiques.
  • Les voitures laissent environ 70 cm de plus d’espace lors de dépassements.

Plaisir

  • Sociabilise (c’est quoi ce vélo ? On peut essayer ?)
  • Sensations de vitesse et de glisse proche du kart (à raz du sol).
  • La vitesse en descente est augmentée par l’efficacité aérodynamique.
  • Pilotage, pour les plus joueurs : Possibilité de faire du Freestyle : rouler sur 2 roues sur de courtes distances, virages à angle droit en dérapage… sauts de trottoirs, et de prendre les virages à haute vitesse en sortant le buste du siège comme les side-cars de course (sensations garanties).

Inconvénients

Rareté

  • Prix élevé dû à la faible production et construction artisanale et au supplément de pièces (3e roue) et de main d’œuvre nécessaire. 1090 – 3 500 €. Prix moyen autour de 2 000 €.
  • Délais de livraison parfois longs.

Problèmes de sécurité

  • Très bas : (chasuble et fanion fortement conseillé).

Facteurs d’inconfort

  • Exposition aux éclaboussures (garde-boue obligatoires).
  • Il est difficile d’éviter les nids de poule avec les trois roues qui passent à 3 endroits différents.
  • Pour cette raison, les modèles non suspendus aux pneus raides gonflés à haute pression sont inconfortables sur les routes en mauvais état. Là des pneus larges ou une suspension sont vivement conseillés.

Lent en côtes

  • La vitesse en côte est 1/4 à 1/3 moins rapide qu’un vélo droit selon le modèle choisi.
  • Le poids 13-18 kg, est supérieur de 5 ou 6 kg par rapport à un vélo classique équivalent.

Pas toujours pratique

  • Stockage plus encombrant qu’un vélo droit.
  • L’encombrement rend le transport plus difficile en transport en commun (où il prend bien plus de place qu’un vélo classique). En voiture, il ne tient pas sur un porte-vélo. Par contre il peut plus facilement être transporté sur le toit d’une voiture qu’un vélo ordinaire, simplement en l’attachant solidement aux barres de toit. Heureusement il existe des modèles pliants. Reste sinon la solution de la remorque.

Comparaison avec un vélo couché à 2 roues[modifier | modifier le code]

+ A vitesse tranquille, très sécurisant (aucun apprentissage de l’équilibre n’est nécessaire).
+ La stabilité des 3 roues donne au tricycle de nombreux avantages (voir rubrique avantages). Notamment en milieu urbain, le fait d’être dans les cales automatiques permet des démarrages et accélérations fulgurants.
+ On peut facilement pousser quelqu’un de vitesse inférieure en tricycle car on n’a pas l’équilibre à gérer et piloter à une seule main est facile en tricycle couché. Encore mieux: un tricycle (stable) qui pousse un tricycle (stable). Extrêmement facile et on n’a pas le bras qui fatigue.
+ Un tricycle est plus facile à manipuler pour lui faire faire demi-tour au sol.
– Le tricycle a plus de frottement au sol et est moins aérodynamique (plus large) donc moins rapide que le 2 roues. À poids égal, le phénomène se réduit dans les côtes car la vitesse diminue.
– Le tricycle (sauf pliant) est plus encombrant à stocker et transporter dans un véhicule car plus large.
– Deux tricycles côte à côte sont légalement interdits sur la chaussée mais le tricycle peut emprunter les pistes cyclables (Il passe de justesse les chicanes des voies mixtes piéton-vélos).